Le mouvement #reset

Un collectif d'acteurs français du net s'est associé dans un mouvement qui milite pour repenser la manière dont nous utilisons l'informatique et Internet au quotidien.

Acteurs du numérique, chercheurs, responsables d’entreprises, d’associations, d’organisations publiques, nous pensons qu’il est temps de décrire à nouveau le numérique que nous voulons, pour pouvoir repartir dans le bon sens. “Réinitialiser le numérique”, pour le rendre plus sobre, plus humain et plus propice à l’innovation.

En un mot, d’appuyer sur le bouton « RESET ».

Plus de mille signataires (dont votre serviteur) ont déjà adhéré à la perspective d'un reboot de notre rapport à la machine, qui intégrerait la place de l'homme sans le transformer lui-même en robot. Sur leur site, on trouve également des analyses qui explicitent leur démarche et évoquent leurs axes de réflexion. Par exemple, Vers des logiciels et des sites plus écologiques et éthiques évoque la lassitude des développeurs expérimentés à trouver dans leur travail les valeurs qui parcourent la société, avant de militer pour un web frugal, selon la formule de Framasoft. La dimension écologique n'est jamais bien loin, comme dans ce projet de serveur mail qui ne tournerait qu'à l'énergie solaire.

les personnes de Low-tech Magazine ont fait de leur mieux pour appliquer à leur propre site les principes de frugalité qu’elles défendent : ce ne sont plus seulement les logiciels mais aussi les matériels qui ont fait l’objet d’une cure d’amaigrissement au régime solaire.

A l'image d'autres industries, le monde de l'informatique est maintenant organisé dans une pyramide complexe, avec des vagues de sous-traitants. Un environnement qui s'est développé sans éthique. La plupart des usages gourmands sur internet viennent de la rapacité d'éditeurs américains qui veulent nous forcer à utiliser leurs outils en ligne. Il y a une vingtaine d'années, Microsoft ou Adobe pouvaient se plaindre de perdre de l'argent à cause d'un piratage omniprésent : tout le monde utilisait leurs outils dans le monde professionnel. Alors que des alternatives libres et gratuites ont vu le jour, ils ont trouvé comment faire d'une pierre deux coups : proposer de travailler directement en ligne. Vous ne pouvez plus leur voler leurs produits, vous êtes invités chez eux. Vous leur laissez vos données. Pour une facture écologique complètement mise de côté.

Le monde industriel tourne au rythme des cargos qui traverse les mers pour livrer des marchandises que nous avons arrêté de produire en local. Les partisans de l'environnement veulent réinvestir les productions dans l'hexagone. Pourquoi le monde digital est sorti de l'équation ? #RESET s'adresse aux développeurs et professionnels du secteur pour leur demander de montrer le chemin. refuser de travailler pour les entreprises climaticides. Suivre des bonnes pratiques. Ne plus consommer sans s'interroger.

Alors n’est-ce qu’une question de choix ? Choix individuel ? Choix d’une filière ? Les voix qui s’élèvent ici ou là vont peut-être permettre une prise de conscience plus importante sur les choix technologiques en tout cas, et pas seulement dans une visée écologique.