The Producer is a unique WordPress theme designed specifically for video projects and built to be CRAZY easy to use.

Continue

L'année 2018 aura été l'année où les thèmes d'effrondrement de civilisation se seront banalisés dans les médias. Bouleversements climatiques majeurs, épuisement des énergies fossiles, sixième extinction animale, migrations massives, villes en transition, des thèmes qui faisaient sourire encore pendant la campagne présidentielle à l'aune du Front de Gauche sont maintenant évoqués fréquemment. La démission de Nicolas Hulot et la hausse des températures ont fait naître des mouvements de nature à faire descendre les gens dans la rue, malgré tout, la prise de conscience ne suffira pas à inverser des courbes. Le citoyen a donc un rôle majeur dès aujourd'hui : changer au niveau personnel tout en s'impliquant aussi dans la politique de son pays, car nous ne changerons rien seuls.

"Personne dans l’histoire n’a jamais obtenu sa liberté en faisant appel au sens moral de ceux qui l’oppriment"

  • Assata Skakur

Plus le temps passe, plus les chances pour qu'on vive une décroissance choisie et non une décroissance forcée sont minces. Les villes en transition et les groupes sociaux axés sur l'entraide nous nous invitent à garder espoir en l'avenir en nous préparant au pire. Mais qu'est-ce que le pire, sinon la perte des référentiels que nos parents nous ont donnés, des privilèges que l'homme civilisé refuse de perdre par inadéquation ?

Ce site essaie de réfléchir à concilier les machines que nous adorons avec les ressources finies de la terre. Notre économie actuelle, tournée vers la big data et les échanges numériques, a un impact qui augmente d'année en année. Selon International Data Corporation,le trafic mondial sera en 2020 de 44 zettaoctets, le nombre d'objets connectés sera de 80 millards (2 pour la France). Cette activité a un impact environnemental important, estimé à 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit autant que le transport aérien (source : GESI Smarter 2020). Néanmoins, seulement 20% des émissions sont imputables aux data centers, donc aux géants industriels du numérique. Le reste passe dans nos ordinateurs, nos smartphones et nos tablettes (47%), et nos réseaux de communication (28).

Pour limiter notre impact environnemental, notre recherche de nouvelles façons d'utiliser le numérique sont donc non négligeables, et le bulldozer commercial ne fait rien pour nous aider sur ce parcours. Je puise donc dans mon expérience personnelles et mes lectures afin de vous aider dans vos choix et vos réflexions pour une informatique "durable".